Inscription à la newsletter :

SOD Superoxyde Dismutase

Une molécule clé au coeur de l’équilibre biologique


La SOD Superoxyde Dismutase est une enzyme essentielle, que tout organisme vivant fabrique naturellement aussi bien les hommes, les animaux que les végétaux, sans laquelle ils ne peuvent survivre.
Cette enzyme antioxydant majeure est le chef d’orchestre, la clé de voûte du système de défense  antioxydant.


Après la révolution « Oméga 3 » dans le domaine de la nutrition, et de la santé, c’est l’avènement de la « SOD ». Force est de constater que depuis quelques années, nous entendons beaucoup parler d’antioxydants apportés par les fruits et légumes consommés dans notre alimentation. De ce fait, les antioxydants sont aujourd’hui au centre de toutes les attentions.
La SOD est l’antioxydant de première ligne, la clé de voûte d’un système complexe et très performant de défense enzymatique.

Tout commence avec l’oxygène, indispensable à la vie.

L’oxygène est indispensable à la transformation en « énergie » des aliments que nous ingérons.
Au cours de cette transformation, 2 à 4 % des atomes d’oxygène vont garder un court instant un seul électron supplémentaire les rendant ainsi, pendant cette période, avides de céder cet électron ou de le partager avec une autre molécule.
Cet oxygène avec un électron supplémentaire est le premier radical libre à l’origine de la production en cascade d’une série de nombreux radicaux libres. C’est le Superoxyde.
Ces radicaux libres sont nécessaires au bon fonctionnement biologique des organismes vivants car ils déclenchent et stimulent les réactions fondamentales du corps.
Mais, comme pour toutes stimulations, c’est l’intensité et le rythme de celles-ci qui vont déterminer leurs effets.
Pour que tout cela soit harmonieux et ne dégénère pas en désordre et cacophonie responsable de déséquilibres et de maladies, la SOD va jouer le rôle de chef d’orchestre dans ce concert d’instruments antioxydants.

Tout cela est scientifiquement prouvé et mérite une explication plus détaillée.

Le flux de Superoxyde harmonieusement généré dans un organisme sain se distribue essentiellement en trois courants dont deux vont très vite devenir intolérables et toxiques à l’image du gaz d’échappement du moteur de voiture. Il s’agit de la voie du radical libre hydroxyle OH° et la voie du peroxynitrite – OONO.

Heureusement l’organisme dispose d’une troisième voie de dégagement du trop plein de Superoxyde, la voie du peroxyde d’hydrogène H2O2. Cette voie est possible grâce à la SOD qui transforme le superoxyde en H2O2. Cette molécule qui n’est autre que de l’eau oxygénée va servir à tuer les microbes dans les globules blancs. Ailleurs elle sera détruite par l’action de la Catalase et de la Glutathion peroxydase en deux composés inoffensifs, l’eau et l’oxygène.

Ainsi ce peroxyde d’hydrogène ne regagnera pas le courant toxique de l’hydroxyle OH°.